Tatiana Vincent 83330 Le Beausset

+33 612 86 66 09

Technique Bowen

Art Thérapeutique corporel

Témoignages

Voici quelques témoignages des thérapeutes qui démontre l'efficacité incroyable de la technique Bowen :

Un cas qui démontre, avec le temps nécessaire, la force de la technique Bowen.

" Une maman que j'ai traitée avant et après ses accouchements, m'amenait aussi ses poupons pour améliorer leur digestion, leurs respiration, leurs problèmes de coliques. Ainsi tout allait bien.Au troisième bébé, étant donné qu'il allait bien, elle n'eut pas le réflexe de le faire traiter. Ce n'est qu'à environ près de trois mois que le petit commence à avoir des problèmes de coliques et de digestion et à ne plus faire ses nuits. Ce fut donc les consultations chez le pédiatre, l'ostéopathe, la naturopathe, mais cela ne donna pas les résultats espérés.La maman finit par me consulter. Je lui suggère un court traitement.(...) La fin de la semaine suivante, son mari vient me consulter, et je demande des nouvelles du poupon. Il m’a dit qu'après le traitement, le petit a fait deux nuits blanches à pleurer et à gémir et à la troisième journée, que le petit régurgita une boule spongieuse de la grosseur d'un œuf de caille. Donc le traitement a fonctionné ! Effectivement le petit va bien depuis."
Laurier BLAIS
Orthothérapeute

Isabelle Stefanski pratique Bowen depuis juin 2012. Elle écrit:

(...) J'ai essayé La Technique Bowen sur une patiente que je vois à domicile qui a une paralysie fasciale depuis l'été dernier. Quelques heures après ma séance, un infirmier libéral s'est tout de suite rendu compte que la paralysie avait régressé de moitié. La patiente ne bave plus quand elle parle, la bouche s'est à moitié rééquilibré et son oeil se referme mieux. Il a tout de suite vu grâce au carton de rdv que j'étais passée et depuis il propose mes soins de Bowen auprès de ses patients chroniques pour qui même les médecins ne savent plus quoi faire (...). J'ai travaillé sur des enfants dont une jeune fille poli-handicapée (ses parents m'ont dit que la séance avait accéléré son transit et qu'elle avait très bien dormi, ils étaient ravis , dès que j'ai des nouveaux patients je propose automatiquement des séances Bowen. (...)
Isabelle Stefanski
Kinésithérapeute à Grenoble
(...) En cancérologie, après les séances Bowen, j'ai revu 3 personnes avec de bonnes nouvelles, les métastases ont diminué et d'autres ont disparu. Une, avait des métastases hépatiques osseuses et abdominales. Les 2 autres réagissent très bien à leur chimio. On est ravi!
Muriel Sainte-Rose
Soignante dans le service cancérologie

Cas de scolios

Effets de la thérapie Bowen

La québécoise Jocelyne Harvey témoigne dans ces quelques lignes de l'apport de Bowen dans le cheminement thérapeutique.

(...) : j'ai récemment reçu un bel enfant de 11 ans, qui vivait beaucoup d'insécurité à l'école. Il quittait difficilement la sécurité familiale pour se rendre à l'école où ses troubles de concentration lui faisaient vivre une peur de l'échec intense. Agité, impatient, il se disait lui-même stressé et dérangeant puisqu'il ne pouvait arrêter de bouger et faire du bruit en classe. La situation est devenue compliquée pour les parents, puisqu'ils ont consulté plusieurs spécialistes et intervenants au fil des ans, sans avoir de résultats satisfaisants. (...) Avec l'aide de la technique Bowen, j'ai utilisé les mouvements de base pour tout simplement aider son corps et son système nerveux à se rééquilibrer. La semaine suivant cette première rencontre, il dormait déjà mieux, était calme (ce qui avait rarement été) et plus concentré. Il fut le premier surpris de cet apaisement et les parents très touchés de retrouver leur fils adoré ! (...)

« Je viens de compléter ma formation en technique Bowen. Cette approche est venue améliorer de beaucoup ma pratique comme thérapeute auprès des enfants, des adolescents et des adultes.
  (…)  Durant l’année 2000, s’est ajouté un très heureux complément à ma pratique professionnelle en découvrant la technique Bowen, nommée à partir de son créateur, l’Australien Tom Bowen, aujourd’hui décédé. C’est une approche corporelle très douce et incroyablement efficace qui redonne au corps sa surprenante capacité à retrouver son équilibre. Une démarche normale en thérapie pouvait se poursuivre à long terme pour espérer voir des transformations durables dans la vie d’un enfant ou d’un adulte. Maintenant, avec cette approche globale, c’est à court terme que ces changements se produisent et souvent de façon spectaculaire avec les effets du Bowen.
 
En voici un exemple : j’ai récemment reçu un bel enfant de 11 ans, qui vivait beaucoup d’insécurité à l’école. Il quittait difficilement la sécurité familiale pour se rendre à l’école où ses troubles de concentration lui faisaient vivre une peur de l’échec intense. Agité, impatient, il se disait lui-même stressé et dérangeant puisqu’il ne pouvait arrêter de bouger et faire du bruit en classe. La situation est devenue compliquée pour les parents, puisqu’ils ont consulté plusieurs spécialistes et intervenants au fil des ans, sans avoir de résultats satisfaisants.
 
La relation de confiance s’est tout de suite installée entre nous. Je le trouvais beau, intelligent, d’une grande sensibilité et d’une belle ouverture à vouloir être aidé. Je lui ai laissé raconter son histoire et avec ma curiosité à connaître les gens dans leur cœur, leur âme et leur individualité. Il m’a rapidement donné une piste de recherche importante à explorer, celle d’un traumatisme vécu en bas âge. Il est devenu émotif, l’anxiété était palpable et ses symptômes physiques conséquents avec ce qu’il avait vécu. Il a donc pu trouver un espace pour exprimer des peurs fondamentales et être entendu, sans se sentir « anormal ». Avec l’aide de la technique Bowen, j’ai utilisé les mouvements de base pour tout simplement aider son corps et son système nerveux à se rééquilibrer. La semaine suivant cette première rencontre, il dormait déjà mieux, était calme (ce qui avait rarement été) et plus concentré. Il fut le premier surpris de cet apaisement et les parents très touchés de retrouver leur fils adoré !
 
Au cours des deux rencontres suivantes, il en avait long à me raconter. Il avait noté les moments où ses peurs faisaient surfaces et me décrivait ses symptômes physiques très précisément. Au moment d’intégrer le travail corporel en Bowen dans la session, j’ai porté une attention particulière au niveau de la tête où il avait subi le traumatisme très jeune et à détendre son diaphragme pour apaiser les émotions contenues et l’anxiété ressentie. Les résultats furent spectaculaires. Au bout de seulement trois rencontres, il me dit qu’il avait réglé « ses dossiers dans sa tête » et je peux dire que c’était un tout nouvel enfant que j’avais en face de moi. Ce que je trouve spectaculaire, c’est la rapidité avec laquelle il s’est récupéré, d’abord parce qu’il en avait la volonté, ensuite parce que le corps est prêt à relâcher la tension lorsque « l’état d’urgence » qui s’est installé n’a plus sa raison d’être.
 
Le Bowen me permet maintenant de faire un travail plus profond et plus satisfaisant à court terme. Je suis constamment émerveillée de voir les symptômes physiques, émotifs et psychiques d’un enfant ou d’un adulte se transformer aussi rapidement (évidemment ce temps de récupération varie d’une personne à l’autre). Il n’y a rien de plus satisfaisant que d’être témoin de la vitalité qu’une personne jeune, moins jeune et même âgée puisse retrouver. Et quand je parle de vitalité, je parle de la VIE qui est en chacun de nous et qui nous maintient en bonne santé… globale.
 
Je pense que toute personne devrait avoir cet espace pour « déposer son stress » et stimuler sa santé, sa vitalité et sa joie d’être bien en vie ! »

Jocelyne Harvey
Psychothérapeute, Montréal, Canada

Martina Brezovits travaille en Autriche dans un hôpital pour personnes âgées. Elle a assisté à Vienne aux stages de Bowen. Elle partage ici le cas d'une patiente qui illustre l'effet profond de Bowen.

(traduit de l’Allemand)

(...) un médecin m'a demandé si je pouvais l'aider dans un cas d'ulcérations aux jambes causées par des problèmes de circulation. Sa patiente, âgée de 72 ans, était menacée d'une double amputation si les problèmes s'aggravaient. La peau des pieds était très foncée (un des talons était complètement noir) et du pus s’écoulait des plaies ouvertes. Les orteils avaient pris la forme d'orteils en marteau, avec nécrose sur le dessus. Les deux faces plantaires étaient rigides et enflées. J’ai pris une profonde inspiration, et j'ai dit : « Je vais essayer ». Lorsque, après une semaine, nous avons examiné les blessures, nous n’en croyions pas nos yeux : toutes les plaies avaient rétréci d'environ 4 mm (...)

« Mon premier défi en tant que praticienne Bowen »

 Peu de temps après que j’ai reçu mon diplôme Bowen, un médecin m’a demandé si je pouvais l’aider dans un cas d’ulcérations aux jambes causées par des problèmes de circulation. Sa patiente, âgée de 72 ans, était menacée d’une double amputation si les problèmes s’aggravaient.

 La peau des pieds était très foncée (un des talons était complètement noir) et du pus s’écoulait des plaies ouvertes. Les orteils avaient pris la forme d’orteils en marteau, avec nécrose sur le dessus. Les deux faces plantaires étaient rigides et enflées.

J’ai pris une profonde inspiration, et j’ai dit : « Je vais essayer ».

  Lorsque, après une semaine, nous avons examiné les blessures, nous n’en croyions pas nos yeux : toutes les plaies avaient rétréci d’environ 4 mm. Lors des séances suivantes, on a noté un progrès continu bien que moins rapide. L’organisme semblait combattre plus efficacement l’infection et après environ quatre traitements, les plaies étaient sèches et bien délimitées. Les tissus nécrosés noirs sur le talon ont pu être retirés avec une pince après le 3e traitement, ce qui a beaucoup surpris le médecin. « Continuez avec cela, c’est comme un miracle! », s’est-elle exclamée. La patiente a recommencé à sentir ses jambes,– elle ressentait des picotements – et celles-ci sont devenues chaudes. La douleur et la sensibilité diminuaient après chaque traitement. Tout le monde était heureux des résultats et l’amputation a pu être évitée.

 Il a fallu treize traitements pour que toutes les plaies se referment et que les plaques foncées sur la peau disparaissent. La patiente a retrouvé ses belles jambes… et les orteils en marteau sont revenus à la normale grâce aux procédures Bowen appropriées. En plus, nous lui avons fait faire des exercices d’étirement et de la marche.

 Avant les traitements, la patiente était clouée au lit et le personnel ne savait plus quoi faire. Maintenant, elle profite de la vie dans sa maison de retraite. Elle marche sur ses jambes et celles-ci ont une teinte normale.

 Nous sommes tous très heureux de l’aboutissement positif de ce cas.

 Par la suite, on m’a confié plus de patients souffrant d’ulcères aux jambes, et la plupart ont guéri avec 13 traitements. Parfois, ça prend plus de temps, il ne faut pas abandonner. Ne vous arrêtez pas lorsque les plaies sont fermées. Il est important de continuer jusqu’à ce que la couleur de peau redevienne normale.

 Les escarres sacrées disparaissent elles aussi avec les procédures de base.

 Je vous ai fait des dessins montrant les plaies. 

Martina Brezovits

Vienne, Autriche

Traduit de l’Allemand par Hélène Tremblay

Martina Brezovits
Aide soignante à l'hôpital, Vienne, Autriche

Patrick le Saux partage deux cas de l'effet de Bowen sur la récupérationsté à Vienne aux stages de Bowen. Elle partage ici le cas d'une patiente qui illustre l'effet profond de Bowen.

"Deux anciennes collègues de l'hôpital qui ont fait le marathon de Paris, il y a 8 jours. Christine, 50 ans, trois enfants, kinée à l'hôpital, elle fait de la course à pied depuis une douzaine d’année, auparavant elle ne faisait pas de sport. Aveugle depuis 15 ans environ, elle était la seule femme non-voyante au marathon de Paris. Marie-Ange, 42 ans, trois enfants, infirmière à l'hôpital, fait de la course depuis 6 ans, c'était son deuxième marathon...(...)

Deux anciennes collègues de l’hôpital qui ont fait le marathon de Paris, il y a 8 jours. Christine, 50 ans, trois enfants, kinée à l’hôpital, elle fait de la course à pied depuis une douzaine d’année, auparavant elle ne faisait pas de sport. Aveugle depuis 15 ans environ, elle était la seule femme non-voyante au marathon de Paris. Marie-Ange, 42 ans, trois enfants, infirmière à l’hôpital, fait de la course depuis 6 ans, c’était son deuxième marathon.

En bavardant on a parlé récupération et donc Bowen, et on a réussi à convenir de deux séances, la première 10 jours avant la course, la deuxième trois jours avant le jour « J ». Pas facile de trouver des disponibilités communes entre une infirmière, une kinée et un kiné libéral sans compter les trois enfants de Marie-Ange qui ne sont pas tous grands.

On a fait deux séances de deux heures. Elles étaient très sceptiques sur ma technique bizarre !!!

Réactions après la première séance : Marie-Ange a passé une nuit plus ou moins blanche mais elle m’a dit que ça lui arrive. Christine a eu beaucoup moins de douleur aux entraînements suivants. Réaction après la deuxième séance : la douleur au jumeau interne de Marie-Ange a disparu.

Trois jours après le marathon, le mari de Christine, un kiné aussi, avec qui je fais du footing me fait le compte-rendu au téléphone : « Facile et toute fraîche à l’arrivée ! ».

Effectivement elles ont beaucoup moins souffert que prévu. Christine dit que les 35 premiers Km étaient faciles. Marie-Ange a comparé avec son premier marathon, celui-ci fut beaucoup plus facile, et sans douleur.

Elles ont fait le temps prévu de 4:11 h mais avec le sourire!!! Le lendemain, monter et descendre les escaliers de l’hôpital n’a pas été trop difficile, seule une raideur dans les cuisses, c’est tout.

Au final, Bowen ne les a pas fait courir plus vite, mais ce fut plus facile et une meilleure récupération. Au prochain marathon, elles veulent pleins de séances Bowen pour la préparation. Sceptiques et cartésiennes, elles sont maintenant demandeuses de Bowen !

Patrick Le Saux

Kinésithérapeute à Valognes en Manche

 

Patrick le Saux
Kinésithérapeute à Valognes en Manche
J’ai reçu un homme de 56 ans avec des douleurs dans les épaules, les bras, les mains, réveilles plusieurs fois la nuit. Lorsqu'il est arrivé il était tout raide comme si aucun mouvement latéral ou vertical était possible. Il ne pouvait plus serrer certains objets et parfois il les laissait s'échapper. Il souffrait depuis plusieurs années voire dizaines car opération à 30 ans de 2 hernies discales au niveau des vertèbres lombaires. Et le mal n'a fait qu'empirer au fil des années. Il a eu des séances d’Ostéopathe et de Kiné bien sûr mais rien de satisfaisant. Il était bien septique mais à bout de souffrance et gêne il est venu essayer. Lorsque cet homme est arrivé pour le deuxième rendez-vous, j'ai cru qu'il allait m'embrasser, (ce qui en soit n'était pas mal, car ma fois bien bel homme...) il n'était plus raide, son visage était RADIEUX, il a dit que jamais il n'aurait imaginé un tel soulagement, une épaule était guérie, il ne se réveillait plus que 2 ou 3 fois mais se rendormait vite. Après la deuxième séance les 2 épaules ont été guéries après la 3eme il reste comme une sorte d'électricité dans un poignet et un doigt et une sorte d'engourdissement dans l'avant-bras et c’est tout. Cet homme dit que jamais il n'aurait espéré retrouver ce confort tant les douleurs faisaient partie de sa vie depuis tellement longtemps. Il remercie ceux qui m'ont transmis ce savoir. Ceci me remplit du même bonheur
Mireille Pedrassi
Praticienne Bowen dans le Berry
« Une patiente s'est présentée au cabinet il y a trois mois pour une sciatique et un descellement de PTH (prothèse totale de hanche) détecté par scintigraphie. Le chirurgien lui a dit qu'avant de se faire opérer, il fallait qu'elle fasse quelques séances de kiné pour diminuer la douleur et renforcer ses membres inférieurs. En effet, elle marchait très difficilement. Je lui ai fait une dizaine de séances Bowen à une semaine d'intervalle. Puis, elle est retournée voir le chirurgien. On lui a refait une scintigraphie. Le descellement a disparu. Les mots du chirurgien ont été : « Je ne comprends pas ce qui s'est passé ! Mais il n'est plus question d'opérer ». Grâce à Bowen ?!? Mystère… En parallèle la sciatique a presque disparue et elle marche à présent sans canne. »
Elouan Le Textier
Kinésithérapeute ostéo - Niromathé - Bowen à Nantes
« Un patient âgé de 78 ans, paralysé de D7 aux orteils depuis plus de trois mois suite à un abcès entre les vertèbres. Les médecins disaient qu'il ne remarcherait plus jamais! Sa fille m'a demandé si je pouvais aller le voir à l'hôpital et lui faire des traitements Bowen. J'y suis aller. La première séance a été de courte durée juste 20 minutes. Big result! Il a été capable de rester dans sa chaise plus d'une heure! La semaine d'après je suis retournée et il commençait à avoir des sensations dans ses pieds. Pendant 6 semaines consécutives je suis aller le voir. Il pouvait adducter ses deux jambes ensemble et fléchir ses chevilles! Les médecins ne comprenaient rien. Ensuite on l'a transféré dans un hôpital de réhabilitation et je n'ai pu le visiter qu'une fois par mois. Tout le monde en croyait pas comment il progressait vite! À la fin de l'été il marchait avec un peu d'aide mais il est parti de complètement paralysé à marcher en moins de 9 mois! »
Sylvie Mainguy
Grande Prairie, Alberta, Canada

Neil Gibson est un ancien membre de l'équipe nationale de pentathlon, il témoigne aprés le retour des Jeux Olimpiques de Pékin

Avec l'équipe britannique revenant de Pékin avec la plus grande récolte de médailles de tous les temps, nous, dans le monde Bowen allons essayer de profiter de cette gloire le plus longtemps possible. Neil Gibson, thérapeute Bowen de Bath, est un ancien membre de l'équipe britannique de pentathlon. Après sa formation à la technique Bowen, il a offert ses services à ses anciens coéquipiers, membres de l'équipe, avec grand succès. Sam Weale a été l'un d’entre eux. Terminant à une honorable 10ème place aux Jeux Olympiques, après avoir résisté aux plus forts mondiaux de la discipline, il a clairement identifié la méthode Bowen comme étant la clé de sa réussite...

Avec l’équipe britannique revenant de Pékin avec la plus grande récolte de médailles de tous les temps, nous, dans le monde Bowen allons essayer de profiter de cette gloire le plus longtemps possible.

Neil Gibson, thérapeute Bowen de Bath, est un ancien membre de l’équipe britannique de pentathlon.  Après sa formation à la technique Bowen, il a offert ses services à ses anciens coéquipiers, membres de l’équipe, avec grand succès.

Sam Weale a été l’un d’entre eux.  Terminant à une honorable 10ème place aux Jeux Olympiques, après avoir résisté aux plus forts mondiaux de la discipline, il a clairement identifié la méthode Bowen comme étant la clé de sa réussite et de sa capacité à supporter un entrainement intensif .  Weale a dit, « Dans les trois années où j’ai utilisé Bowen je n’ai pas eu de blessures à noter, donc je n’ai pas manqué un entrainement et j’ai été capable de m’entrainer plus dur avec plus de confiance. Maintenant Bowen est un élément clé de mon programme hebdomadaire, je le préfère à toutes les autres méthodes sur lesquelles j’ai auparavant compté. « 

   Heather Fell, une physiothérapeute qualifiée de Devon, qui a pris la médaille d’Argent dans le Pentathlon Olympique de Pékin, recevait aussi la thérapie Bowen lors de sa saison réussie. En participant à la Coupe du Monde, cette année à Millfield, pendant les épreuves qualificatives, Neil a reçu un traitement Bowen en raison d’une forte douleur au dos ressentie lors de l’entraînement,  la veille de la compétition. Avec une séance supplémentaire avant la finale, Heather à réussi non seulement à finir, mais à gagner  l’Or, en assurant sa place pour la qualification aux Jeux Olympique.

Pour les athlètes la réussite de la thérapie Bowen dans le sport réside dans le suivi régulier ce qui réduit de façon significative l’incidence des blessures sur la fréquence des entrainements. Avec plus d’entrainements vient une bonne forme physique, une technique améliorée et finalement plus de succès.  Avec la préparation olympique de 2012, déjà bien entamée, ça n’a jamais été un meilleur timing pour intégrer Bowen dans le cadre du programme de préparation de tous les sportifs. 

Neil GIBSON
Thérapeute Bowen de Bath, Grande Bretagne
Patient de 66 ans, a fait un AVC à 36 ans en 1982 et un accident automobile en 2000 qui l'a laissé avec des douleurs constantes dans tout le corps avec ses mains qui sont insensibles. Le patient ne pouvant se tenir droit, sa démarche est de guingois avec de forts soubresauts de tout son corps. Il ne peut marcher plus de 10 minutes sur un sol plat, doit constamment s'asseoir, ne peut plus se coucher dans son lit, ne peut conduire plus de 20 minutes. Bref, dans toutes les positions, il a toujours de la douleur dans tout le corps. Je lui ai fait des traitements d'ostéopathie durant 1 an, de 2005 à 2006. Le patient a été amélioré à 85%. Et c'est à ce moment que Louise Tremblay est apparue, me suggérant le Bowen comme approche pouvant être intéressante. Et ce fût le coup de foudre pour mon patient, c'est le cas de le dire, car après le 1er traitement il a revécu 5 jours de douleurs intenses et au 6e jour il s'est réveillé sans douleurs. Évidemment dans mon bon vouloir à l'aider j'avais fait, lors de cette première visite, toutes les procédures de base. Ouf… Au 3e traitement pour l'épaule, à la fin de la séance il était tout étonné de sentir la chaleur dans ses mains et de sentir ce qu'il touchait. Et puis, il marchait mieux. En poursuivant les traitements durant 1 an, son état allait en s'améliorant. Puis les traitements se sont espacés au mois et au besoin. Eh bien, aujourd'hui, pour le milieu médical qui ne savait qu'en faire, ce patient fait son gazon, déblaie son entrée l'hiver, va sur ses terres couper des arbres avec une scie à chaînes. Bref, il effectue ses tâches quotidiennes normalement depuis 2 ans. Je n'ai jamais cru au hasard comme quoi, quand l'élève est prêt le maître apparaît. Merçi Louise (Tremblay, formatrice bowen)
Lise Ouellet
Bathurst, Nouveau-Brunswick, Canada
Patient de 88 ans a fait un AVC en novembre 2008 avec séquelles suivantes : étourdissements avec perte d'équilibre manifesté par de la raideur dans la jambe et le bras gauche avec engourdissements constant de sa main, difficulté d'élocution par paralysie faciale latérale gauche qui amène un écoulement de salive, larmoiement de l'œil gauche et écoulement nasal, démarche claudicante associé avec de la douleur au bas du dos. À l'automne 2011, le patient se présente à ma clinique. Après le 2e traitement le patient marche avec plus d'assurance et au 4e traitement il dit se sentir plus solide sur ses jambes et avoir plus de force dans son bras. À la 5e rencontre il trouve que son bras est très amélioré, qu'il ne reste plus qu'un léger picotement à l'extrémité de son majeur gauche. Aussi, il veut faire traiter son dos pour pouvoir reprendre ses marches qu'il n'avait plus fait depuis son AVC. Après 7 autres traitements, il marche maintenant à nouveau et, coup d'éclat, il est retourné à sa chorale, pour chanter son solo d'Adeste Fideles à la messe de minuit à Noël. Son entourage est très impressionné par ce changement si radical, et moi aussi…

« Je fais beaucoup de Bowen et mes patients ont de très bons résultats. Par exemple, Samantha, cette jumelle qui vient tout juste d’avoir 15 ans. Elle a manqué d’oxygène à la naissance résultant en une paralysie cérébrale. Et sa jumelle est correct !

En un an, Samantha a bénéficié d’une vingtaine de séances. Je lui fait maintenant du Bowen à chaque semaine et elle change à vue d’oeil. On peut apercevoir la vie qui est présente maintenant dans tout son corps. Avant, même sur ma table, elle était toute croche. Maintenant, elle est droite comme tout le monde.

Son maintient en position debout s’est amélioré à 70%. Elle fait du jogging en sortant de la clinique après ses séances de Bowen. Elle monte les escaliers sans aide; elle n’avait JAMAIS fait ça auparavant ! Elle se sent beaucoup plus heureuse. Elle a maintenant une motivation à s’améliorer. Elle plie ses jambes quand elle s’assoie pour attacher ses bottes; en la voyant faire, sa mère a crié : « C’est merveilleux ! ». Avant, elle ne pliait pas ses jambes. Elle peut maintenant descendre une pente toute seule, ce qu’elle n’a jamais fait auparavant non plus. Maintenant, elle fait des exercices toute seule. Avant elle marchait avec sa marchette en se traînant les dessus des pieds par terre; elle s’usait les pieds sur le dessus. Maintenant, sans marchette, elle prend des marches avec sa mère.

Nicole Lacasse
Massothérapeute à Longueuil au Québec
Patient hémiplégique gauche ayant récupéré toute sa mobilité et quasiment toute sa force mais pour lequel une douleur surtout ressentie la nuit, le réveillant, l’obligeant à faire des mouvements en hauteur, à caller le membre supérieur sur des oreillers : la situation était très invalidante. Je n’ai pu lui faire que 2 fois le traitement d’Épaule et cela a suffi pour résoudre son problème douloureux avec en plus une meilleure mobilité. Ce traitement que pratique sur d’autres pathologies d’épaule se révèle aussi efficace. C’est tout simplement formidable !!
Didier Tharsis
Kiné-Ostéo-Niro et Bowen
Pendant un séjour au Mexique, j'ai fait don de mon temps dans un orphelinat d'un village à proximité de Chapala. Angelica, 19 ans, est une personne joyeuse bouillonnante, qui accueille tout le monde avec une étreinte et un large sourire. Elle est atteinte de paralysie cérébrale. Ce trouble du mouvement associé à une variété de syndromes de déficience neuromotrices. Ce sont les suites de lésions au cerveau subies en périodes prénatale, périnatale ou postnatale. Elle présente des signes et symptômes typiques de la maladie : déficience visuelle avec strabisme, communication / dysarthrie, manque de coordination des quadriceps et légère déficience de la dextérité manuelle. Elle se déplace en marchette avec une démarche musculo-squelettique spastique typique. Au cours des quatre premières semaines, j'ai tranquillement introduit les séquences de base pour apprivoiser son corps au langage Bowen. Les trois semaines suivantes, je lui ai fait la procédure pour bébé.. J'ai traité Angelica une fois la semaine pendant six mois. Sa réponse à Bowen a été tout à fait étonnante. Après deux mois, sa démarche en marchette était moins sporadiques et moins prononcée. Elle avait moins de difficulté à monter et descendre de la table, elle pouvait se retourner sans mon aide. Il lui a fallu du temps, mais elle y est arrivée. Bien sûr, les dommages sont là, mais toute amélioration est un merveilleux cadeau. »
Frank DiMaio
Chiropraticien à Gimsby, Ontario
« Une patiente de 44 ans complètement guérie de polyarthrite rhumatoïde déformante diagnostiquée depuis 3 ans après seulement 5 séances de Bowen. C'est spectaculaire ! Elle a repris le travail et a arrêté les injections. Et une autre de 62 ans, atteinte d'hémiplégie depuis 3 ans complètement remise après une dizaine de traitements Bowen. »
Sylvër Rose
Thérapeute manuel en Martinique, Gaudeloupe et en Val-d'Oise
Suite à un accouchement difficile, Benjamin est atteint d'une paralysie cérébrale hémiplégique gauche. À l'âge d'un an, lors d'une soirée à la maison, Allison Madsen, qui commençait sa formation en Bowen, fait quelques moves sur le bas du dos et les jambes de Benjamin. Pas changement pendant les deux jours suivant, mais au troisième jours, sa mère est ébahie de trouver Benjamin dans son berceau retourné de la tête aux pieds. Quelques chose avait changer en dedans de Benjamin. Elle voit une lumière s'allumer au fond du tunnel dans lequel les médecins avaient enfermé l'avenir de cet enfant. Allison Madsen a traité Benjamin en Bowen une fois la semaine pendant un an. Deux ou trois jours après la séance Bowen les changements chez Benjamin sont marqués : il a appris à se déplacer, se traîner sur les fesses, s'agenouiller, se tenir debout, faire quelques pas et même de marcher. En motricité fine, il a appris à son poing fermé de s'ouvrir et de prendre. Il utilise indépendament de son côté gauche, s'en même sert pour se nourrir. Il bave de moins en moins à chaque séance. Ensuite Liz Corbett a pris la relève. Voici les progrès au cours de six années de Bowen : Benjamin est passé par de nombreuses étapes de la croissance : salivation, la parole, la motricité globale et fine de son côté gauche, des convulsions, etc. Il a passé à travers tout cela très bien. Il marche, court, saute, parle, a un grand sens de l'humour, il est est l'école et il joue même au hockey - dans une ligue pour enfant aux « besoins spéciaux ».
Liz Corbett
Pratique le Bowen à Acton, Ontario, Canada
« J'apprécie les messages toujours stupéfiants sur le pouvoir de Bowen. J’ai plusieurs exemples super au cours de mes consultations dont un patient arrivé avec une triple scoliose, une opération avec mise en place d’un sustentateur tout au long de la colonne, des douleurs atroces, une double hernie discale et une pompe à morphine mise en place depuis des années au niveau abdominal. Je le suis depuis près d’un an et le professeur du CHUV parle de mutation car sa colonne s’est redressée de façon incroyable. Ils n’en reviennent pas. Il lui reste des douleurs au niveau des hanches. Celles-ci devant se réaligner par rapport aux changements de la colonne et du bassin. Ce n’est pas facile pour lui mais il est si enthousiaste que cela fait plaisir à voir. »
Violaine Preitner
Physiothérapeute à Saint-Prex, Canton de Vaud, Suisse

Voici d'Australie un cas de Bowen et la constipation chez un enfant de cinq ans.

La maman nous raconte : « Lucie a maintenant cinq ans et elle a des problèmes de constipation depuis sa naissance. Cela s'est continuellement aggravé. On a essayé sans succès les médicaments sous supervision médicale tel Parachoc, Dutralex, Coloxyl, Agarol et Duphalac . Nous avons consulté les chirurgiens pédiatres au Kaleidoscope Hunter Children's Health Network. Nous sommes alors passé aux lavements au Bisalax deux fois par semaine. Et puis, nous avons décidé de faire du Bowen à Lucie. Après trois semaines de Bowen, Lucie allait à la toilette par elle-même! » Lucie a reçu 4 traitements Bowen avec les intervalles de 3 jours entre les séances. Lucie a pu d'elle-même évacuer ses selles. Puis, elle a continué à progresser. Après deux autres semaines, elle n'avait plus le ventre dur et ballonné, n'avait plus le teint pâle, et elle est devenue une enfant heureuse. Un autre « miracle » Bowen.
Margaret Pryor
Praticienne Bowen Old Bar, New South Wales, Australia

Soin de Parkinson par la technique Bowen

J’ai commencé à traiter J.-P un conducteur de grue âgé de 60 ans. J.-P. avait reçu un diagnostic de maladie de Parkinson dix ans auparavant, et la maladie l’avait obligé au printemps dernier de prendre sa retraite. Depuis six mois, je vois J.-P. chaque semaine pour une séance de Bowen. J.-P. se plaignait de tremblements importants des membres supérieurs, surtout à droite, ainsi qu’à la jambe droite. Il souffrait aussi de douleur chronique à l’épaule gauche, des suites d’une ancienne blessure, ainsi que de lombalgie et de crampes matinales aux mollets. J.-P. a décidé d’essayer le Bowen en se disant qu’il n’avait rien à perdre. Toutefois, après seulement quelques semaines, il attendait avec impatience ses séances, ayant noté plusieurs améliorations. Sa douleur à l’épaule avait disparu après deux séances. Quelques semaines plus tard, l’amplitude des mouvements de son cou s’était améliorée, de même que son sommeil. À ce jour, ses progrès sont constants, parfois discrets, parfois importants. Son humeur s’est littéralement ensoleillée : lors des premières séances, il semblait désespéré mais il a maintenant une attitude plus positive et dynamique. Ces progrès n’ont pas eu que des conséquences heureuses. Après deux mois de séances Bowen, J.-P. se sentait en pleine forme et il a entrepris d’abattre un arbre avec une scie mécanique. Par chance, il s’en est tiré avec un petite lacération au genou. Dire que quand j’ai rencontré J.-P., il était résigné à l’idée d’une retraite inactive… Aujourd’hui, il s’ennuie et cherche à s’occuper; il aide sa femme dans les tâches ménagères, il entreprend divers travaux (qui se font sans l’aide d’une scie mécanique) et il voyage plus souvent. Ses tremblements au membre inférieur droit ont diminué progressivement, d’abord en intensité, puis en fréquence. En septembre, ils avaient pratiquement disparu. J’avais d’abord observé que le tremblement s’interrompait brièvement pendant et après la séance. Les périodes sans tremblement se sont prolongées, au point qu’à sa dernière visite, J.-P. m’a dit qu’il avait profité de quatre heures de repos complet après sa séance précédente. De plus, ses crampes matinales aux mollets ne l’avaient ennuyé qu’une seule fois pendant la semaine. Il avait désormais assez de force et de contrôle musculaires dans ses bras pour se soulever et se retourner sur la table sans aide. Par ailleurs, J.-P. est actuellement en rémission d’une leucémie à trileucocytes. Son médecin a jugé satisfaisantes ses analyses sanguines de l’été dernier et lui a prescrit un contrôle dans six mois au lieu de trois. J.-P. et son épouse jurent que ces améliorations ont été obtenues grâce à la technique Bowen car, depuis que nous avons commencé, il n’a pas reçu de nouveaux types de traitement.
Hali Fitzpatrick
Praticienne Bowen Edmontons, Canada

Thérapies complémentaires

Les soins complets pour plus d’efficacité